Une conférence call sur Ebola à Kinshasa pour faire le suivi de la maladie

www.minisanterdc.cd

Taille police

SCREEN

Profil

Mise en page

Style du menu

Cpanel
Erreur
  • JFolder::folder : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : templates/ja_t3_blank/themes

Une conférence call sur Ebola à Kinshasa pour faire le suivi de la maladie

Sur 62 cas enregistrés, on note 35 décès à la date du mardi 9 septembre

En collaboration avec ses partenaires dont l’Unicef, Oms, MSF, PAM, MONUSCO et Ocha, le ministère de la Santé publique vient de mettre  en place, à partir de Kinshasa, une plate forme de suivi de l’épidémie de la maladie à virus Ebola à Lokolia, Boende et Mbandaka dans la province de l’Equateur. Cela c’est dans le souci d’assurer la transparence dans la gestion  de cette épidémie qui a fait à la date du mardi 09 septembre 2014, 35 décès sur 62 cas enregistrés.

 

Cette téléconférence qui se tient chaque mardi et vendredi permet au ministre de la Santé publique, le Dr Félix Kabange Numbi et ses partenaires  de s’entretenir directement avec les équipes qui sont sur terrain à Lokolia, Boende et Mbandaka pour faire un suivi régulier des interventions du gouvernement et des partenaires qui sont menées sur terrain dans le cadre de la riposte contre l’épidémie de la maladie à virus Ebola qui reste cantonnée  au seul secteur de Djera.

Pour la journée du mardi 9 septembre, cette  conférence call qui s’est tenue au siège de l’Unicef à Kinshasa a mis en présence pour l’équipe de Kinshasa, le ministre de la Santé publique, la représentante de l’Unicef, Barbara Bentein , le représentant de l’OMS , le Dr Joseph Caboré, les  représentants du PAM, de la MONUSCO et de OCHA.

Pour l’équipe de Mbandaka , on a noté la présence  du ministre provincial de la Santé et les chefs des agences de l’OMS et l’UNICEF. Pour Boende, l’équipe de Kinshasa était en communication avec le coordinateur du comité de coordination, l’OMS, l’UNICEF, MONUSCO, CDDA et PARSS. A Lokolia, le Dr Félix Kabange Numbi s’est entretenu à partir de Kinshasa avec  le coordinateur du comité international de coordination technique et scientifique (CICTS), les délégués de l’OMS et de l’UNICEF.

Avec ses trois équipes basées à Lokolia, Boende et Mbandaka, le ministre de la Santé publique et  les représentants des agences de l’Onu ont pu avoir des informations sûres  de ce qui se passe sur terrain dans le cadre de la riposte contre la maladie à virus Ebola.  Des problèmes soulevés par des différentes équipes  basées à Boende, Lokolia et Mbandaka ont trouvé des réponses au cours de cette téléconférence par les intervenants de Kinshasa.

En termes d’information en ce qui concerne la riposte à Lokolia, l’équipe sur place  a fait savoir  à l’équipe de Kinshasa que  le laboratoire a été installé, 18 échantillons  y ont été testés avec 10 positifs dont 8 à Lokolia et 2 à Boende et 8 négatifs.  A Lokolia, on noté une bonne adhésion de la population dans la lute contre Ebola. Toutefois des préoccupations ont été formulées en terme des moyens de déplacement pour la surveillance active des cas, suivi des contacts et pour le transport des malades.  Pour pallier ce desiderata,  il a été proposé  que la commission logistique puisse acheminés à Lokolia  13 motos sur les 28 déjà sur place à Boende.

Pour ce qui est de besoin de vivres, savons et désinfectants, 5 tonnes de vivres sont déjà disponibles  à Boende. « Des dispositions devront  être prises pour que la distribution n’interfère pas avec les interventions de riposte en cours. La priorité sera donnée aux 23 villages. Le Pam, quant à lui, disponibilise une tonne de sel et l’Unicef met à la disposition de la population 1000 kits famille composés des savons et des purifiants », recommande l’équipe de Kinshasa.

Pas d’Ebola à Boende et à Mbandaka

A Boende, les équipes sur terrain ont fait savoir  qu’il n’ya pas de cas autochtone de la ville de Boende. « Tous les cas enregistrés sont ceux importés du secteur de Djera. Plusieurs cas alertes ont été rapportés dont certains à plus de 150 kms de Boende ». Les préoccupations ont portées sur  la zone en quarantaine ; l’inventaire de tout le matériel réceptionné à Boende ; la  formation des prestataires  et des enseignants, la gratuité des soins et les questions des injections et vaccination. A toutes ces préoccupations, des réponses ont été proposées notamment pour ce qui est de l’inventaire de matériel, il a été recommandé que toute sortie de matériel du dépôt de Boende doit se faire sur autorisation du coordinateur et partenaire  à Boende.

Pour remédier au déficit de la formation, une séance de briefing des prestataires des soins et des enseignants devrait être rapidement organisée. Quant à la gratuité des soins, il y a eu besoin de l’étendre  au niveau de la zone de santé et cela pour toutes les maladies. Pour ce faire, une évaluation du nombre de centres de santé et de prestataires de soins pour trois mois doit etre faite en vue d’une prise de décision.

L’équipe de Mbandaka, pour sa part, a fait savoir à l’équipe de Kinshasa que tout est fonctionnel  dans cette ville. Le plan de contingence a été élaboré. Le comité de crise est déjà fonctionnel, le dispositif de surveillance à Mbandaka, le screening est aussi effectif à l’aéroport.  La ville de Mbandaka  n’a  pas enregistré un cas d’Ebola.

Des statistiques actualisées

A la date du mardi 09 septembre, selon les données disponibles au ministère de la Santé publique, il ressort que 62 cas ont été enregistrés dont 14 confirmés, 22 cas suspects et 26 probables. 35 décès  sont enregistrés et 386 cas contacts sont présentement  suivis. 9 cas sont actuellement au centre de traitement. Le laboratoire mobile est fonctionnel depuis ce matin à Lokolia .

Blandine Lusimana T.